Comment gérer les blues du dépassement.

J’y suis. Au sommet de la réalisation de mon objectif. J’ai tout donné tout consacré. Pourquoi alors au lieu de la fierté, est-ce que je ressens de la tristesse ? Est-ce qu’on appelle “les blues du dépassement? Pourquoi est-ce que je n’arrive pas à planer sur ma réussite ?

Après l’exaltation de l’aboutissement qui dure finalement l’espace de quelques minutes, quelques heures, tout se met à ralentir et les vapeurs du succès s’estompent. Quoi ? Ce n’était que ça ? Et maintenant ? Que vais-je faire ? De tout ce temps, que sera ma vie, comme le chantait Bécault.

Après le spectacle, l’aboutissement de tant de préparation, alors que les projecteurs s’éteignent pour la dernière fois, que reste-t-il ?…

Après ce podium, résultat de tant d’efforts symbolisés par une pièce lumineuse et ronde au bout d’une corde, ne serait-ce que ça ?…

Après ce dernier jour de célébration où l’on met fin à une vie de labeur pour profiter enfin de sa liberté, est-ce vraiment ce que je voulais ?…

Après l’obtention de ce poste tant convoité, une fois que je suis assis sur cette chaise dont je rêvais tant, c’est tout ?…

Après la préparation de ce congrès annuel où l’on a prévu le meilleur et le pire, fini, plus rien ?…

Après avoir donné 20 ans de ma vie à protéger mes poussins qui quittent déjà le nid, à quoi puis-je servir?…

Après l’obtention de mon diplôme où j’ai tant étudié, tout reste à faire?…

Après ce voyage rêvé depuis si longtemps, qui n’est plus qu’un souvenir ?…

Après le déménagement dans cette demeure de rêve qu’il faut maintenant aménagé ?…

Où suis-je ? Pourquoi est-ce que je me sens déçu, triste, et vide ?

Vous êtes à la fois en chute d’adrénaline et en plein déséquilibre, c’est tout. Une période passagère de confusion entre tout ce qui a été fait, et bien fait, et tout ce qui reste à faire, car ce n’est jamais fini. Un peu comme lorsque l’on gravit une échelle. Ne le prenez jamais comme un recommencement, mais toujours comme une progression. Vous êtes un être de progrès, animé par la vie qui progresse en vous par droit de naissance et c’est ce qui vous rend vivant, plus grand, plus fier et définitivement satisfait.

La loi du sacrifice faisant partie des 11 lois universelles de la manifestation de tout objectif nous apprend ceci d’essentiel. Ce que vous avez consacré pour l’obtention de votre objectif reste en vous. Ce sont vos munitions, vos vitamines pour le prochain but. Ce que vous avez sacrifié équivaut à ce qui n’était pas nécessaire à votre avancement. L’objectif atteint reste une étape formidable mais non une fin en soi. Le bonheur est dans la progression et non dans l’aboutissement.

Parce que la vie est faite comme ça!

Vos réussites sont autant d’étapes qui dynamisent la valeur de votre vie.

(Vous trouverez la loi du sacrifice dans Le Génie est en vous-pour en finir avec la pensée)

Leave a comment